TEXTE À VISÉE PÉDAGOGIQUE

La liberté d’expression est essentielle, vitale pour les membres de Fiertés Lille Pride. C’est grâce à elle que nous pouvons affirmer qui nous sommes, qui nous aimons, exiger de nouveaux Droits et dénoncer les exactions. Les manifestations organisées par Fiertés Lille Pride destinées à tou.te.s sont des moments où tout le monde doit se sentir à l’aise, en sécurité pour être visible, échanger et militer dans la bienveillance et le non-jugement.
 
Nous avons tou.te.s notre rôle à jouer dans la construction et la participation aux événements portés par Fiertés Lille Pride mais aussi dans nos propres déconstructions. Le racisme et le sexisme sont par exemple des problèmes sociétaux que nous devons combattre chacun.e mais aussi collectivement au même titre que les LGBTIphobies, et toute autre forme de discrimination. Ne banalisons pas les insultes, ne reproduisons pas nos stigmates même sous couvert d’humour. Nous nous devons d’être vigilitant.e s et bienveillant.e.s pour ne pas perpétuer les formes de dominations structurant nos sociétés et pour faire de nos moments des lieux dégagés de toutes les formes de discriminations.
 
Unissons nos voix et refusons définitivement que toute forme d’oppression s’infiltre dans nos communautés. Nous sommes pluriels, notre but est commun : « Nos vies, nos familles, notre santé, nos papiers : égalités bafouées ! ».

Salon LGBTI+ 2017 : déclaration Inter-associative

Des membres des associations « Aides NPDC », « Bon Chic Bon Genre Sciences-Po Lille », « C’est Pas Mon Genre ! », « J’En Suis J’Y Reste » et « SOS homophobie » ont écrit ce texte à titre individuel ou associatif. Il est donc publié ici strictement en leurs noms. Un texte rédigé collectivement en réponse à celui-ci est aussi publié sur le site.

 

Les 28 et 29 Janvier 2017 s’est déroulé le 5e salon LGBTI+ organisé par Fierté Lille Pride : un moment important, fédérateur, riche en partage, rencontres associatives et culturelles. Malheureusement, il fut entaché par une performance affligeante à caractère raciste d’un tra3nsformiste.

 

Pour rappel, dimanche 29, nous avons déploré le recours à un blackface lors d’un numéro transformiste. Cette pratique consiste à se noircir le visage et se grimer en NoirE pour « jouer un personnage ». N’y voir qu’une fin artistique ou humoristique, c’est oublier qu’historiquement le blackface était une forme théâtrale qui avait pour but de stigmatiser et ridiculiser les personnes Noires afin d’amuser les BlancHEs, en renforçant par là leur domination. Mise en parallèle avec l’histoire coloniale, il est évident qu’il ne s’agit pas d’une pratique anodine. Une couleur de peau, une culture, n’est pas un déguisement. Essentialiser des personnes issues de minorités ne fait que renforcer les stéréotypes et discriminations auxquels elles doivent faire face au quotidien et cela n’a pas sa place dans nos communautés.

 

Lors de ce numéro, nous avons assisté à un jeu de scène des plus humiliants et déshumanisants : un transformiste incarnait Tina Turner pour son spectacle. Au milieu de la chanson, la musique s’est arrêtée pour faire place à des cris de singes. L’artiste, en plus d’imiter une attitude bestiale, est descendu de la scène afin d’épouiller des membres du public. Il a ensuite poursuivi son show musical malgré les indignations provenant de l’étage comme si ces invectives le galvanisaient. En somme, un spectacle digne d’un naturaliste du XIXe siècle !

 

Malgré les applaudissements de certains spectateurs, la scène a plongé tout l’étage dans un profond malaise. Comment peut-on banaliser un tel racisme sous couvert d’humour ? Comment la comparaison entre une femme noire et un singe a-t-elle pu être jugée acceptable ? Devons-nous rappeler les images humiliantes de militants de la manif pour tous jetant des bananes et insultant Christiane Taubira de guenon ? Devons-nous rappeler les condamnations de certains journaux et élus d’extrême droite pour de telles comparaisons ? Le salon, lieu inclusif et sa femme, ne peut pas autoriser de telles dérives.

 

Bon nombre d’entre nous ont été foncièrement choquéEs et écœuréEs, par ce manque de respect des personnes racisées et ce manque de perspective intersectionnelle. Et que penser de l’absence d’excuses de la part des artistes concernés…

 

Il est primordial que chacunE d’entre nous se sentent à l’aise et en sécurité dans nos espaces de visibilité, d’échanges et de militantisme. Nous avons toutes et tous notre rôle à jouer dans la construction des événements portés par Fierté Lille Pride, mais aussi dans nos propres déconstructions. Le racisme est un problème structurel que nous devons combattre chacunE à notre niveau mais aussi collectivement, au même titre que les LGBTphobies. Nous nous devons d’être vigilantEs et bienveillantEs pour ne pas reproduire les formes de dominations structurant nos sociétés et faire de ce salon un lieu dégagé de toutes formes de discriminations.

 

C’est pourquoi nous souhaitons unir nos voix et refuser une bonne fois pour toute que le racisme et toute autre forme d’oppression ne s’infiltrent dans nos communautés et nos espaces d’échanges. Nous demandons une prise de position publique de la part de toutes les associations membres de Fierté Lille Pride et un engagement sincère contre ce type de pratiques. Nous nous opposons à l’invitation d’artistes qui véhiculent des stéréotypes discriminants sur les marches ou les salons. Nous souhaitons travailler ensemble à l’élaboration d’outils et autres mesures, pour éviter que des personnes se sentent exclues de nos luttes et de nos fiertés.

 

Des membres du J’en Suis J’y Reste, C’est Pas Mon Genre ! BCBG, Aides et SOS homophobie ont réfléchi collectivement à ces problématiques – à titre associatif et individuel. Voici nos propositions :

• Construction et adoption d’une charte
• Charte à inclure dans le contrat des artistes
• Droit de regard des associations sur les artistes invitéEs
• Prise de parole publique à ce sujet lors du discours porté lors de la Pride
• Faire participer les associations à la rédaction de ce discours
• Inviter Louis-Georges Tin ou des militants locaux à s’exprimer lors de la Pride
• Inscrire un point sur ce sujet sur tous les supports de communication (brochures, réseaux sociaux, etc)
• Une action portée par Fierté Lille Pride lors de la semaine culturelle : nous proposons une projection de Moonlight
• Un temps de formation et de sensibilisation pour les bénévoles et le staff
• Réfléchir collectivement à l’essence même de la Pride

5ème SALON LGBTI+ à LILLE les 28 et 29 janvier 2017

salon lgbti lille 2017 janvier
 

L’association « Fiertés Lille Pride » (ex – LGP Lille) en partenariat avec Nordik, la ville de Lille, l’Enipse et Sexosafe, a le plaisir de vous convier au 5ème Salon LGBTI +.

 

Durant deux jours, venez découvrir:
– Plus de 35 associations LGBTI + et friendly sur leurs stands. N’hésitez pas à les rencontrer, à échanger avec elles.
– Des stands de commerces LGBTI et/ou friendly.
– Des expositions à la fois artistiques et militantes
– Des artistes sur scène (chanteurs/ses, oneman show, transformistes).
– La bénédiction des Sœurs de la Perpétuelle Indulgence
– Expo « Mauvaises images » par yomki
– Expo « Angy »
– Expo + shooting photos par Suzanne « A part of ».

 
Le Parrain de cette 5ème édition est Jeremy Lorca, Humoriste. Cliquez ici pour en savoir+
 

ENTREE AU SALON
Nous vous proposons de faire un don à l’entrée du salon, d’un montant libre. Cela veut dire que vous définissez vous-même la somme que vous pouvez donner en fonction de vos moyens financiers. Nous faisons appel à la solidarité de touTEs celles et ceux qui peuvent donner. Il n’y a bien entendu pas d’interdiction d’entrée si vous ne pouvez pas vous permettre de contribuer. Ce salon ne peut être viable économiquement et ne peut donc continuer sans vous et une vraie solidarité. Tous les dons iront à l’association « Fiertés Lille Pride ».

 
DATES: Samedi 28 & dimanche 29 janvier 2017
 
LIEU: Salle du Gymnase, 7 place Sébastopol à Lille.
 

 
HORAIRES: Samedi de 11h à 19h / Dimanche de 12h à 19h
 
ENTRÉE: Libre avec appel aux dons.
 

AU REZ-DE-CHAUSSEE :
*PÔLE PREVENTION SANTE, avec des stands associatifs qui présentent leur travail autour de la prévention IST/VIH et de la santé des femmes.
*15 stands de commerces LGBT et/ou friendly, chambres d’hôtes, vente de tee-shirts, cérémonies laïques, produits rainbow, DVD, etc…
* Bar (licence II) et petite restauration
* Scène avec prises de parole associatives et prestations artistiques (chanteurs/ses, groupes, transformistes)
* Expositions photos

 

SUR LA MEZZANINE :
Forum inter-associatif avec plus de 25 associations LGBTI+ et friendly qui pourront échanger avec le public et présenter leur travail dans tous les domaines liés à la vie LGBTI (lutte contre les LGBTIphobies, accueil des jeunes, milieu professionnel, convivialité, etc…)

 

A L’ENTRESOL :
* SALLE 1 : L’association aide proposera des trods (tests de dépistages rapides), dans un lieu dédié et en toute discrétion
* SALLE 2 : Suzanne proposera des shootings photo en lien avec l’exposition au rez-de-chaussée

Des agents de sécurité et un binôme de secouristes seront présents durant toute la durée de l’ouverture du Salon au public.
 
La sécurité est renforcée avec quatre agents au lieu de deux lors des précédentes éditions ainsi que l’installation de barrières vauban.

 

Jeremy Lorca, Parrain du Salon LGBTI+ 2017 de Lille

Visuels artistes Jérémy Lorca
 
Jeremy Lorca tourne beaucoup de publicités (70 au total), des petits rôles au cinéma (99 Francs, Ma vie n’est pas une comédie romantique, ..) et joue dans plusieurs pièces de théâtre à Paris et en tournée (La Menagerie de Verre, En attendant la gloire, Les Anciennes Odeurs,…) mais le public le découvre en 2013 dans la série Plus Belle La Vie où il incarne un banquier véreux puis dans le téléfilm La Vallée des Mensonges diffusé sur France 3.
 
En 2014, Jeremy s’investit dans une cause qui lui tient à cœur, le don du sang pour tous, il produit, réalise et joue dans un court-métrage qui fait le buzz sur le web et fait bouger l’opinion publique (il est repartagé par de gros médias et par plusieurs personnalités : Pierre Bergé, Hollysiz, Frederique Bel, etc)
 
En février 2015, l’humoriste Lea Lando lui propose d’assurer ses premières parties aux Mathurins, il gôute à l’humour et monte son one man Bon à Marier en avril 2015 qu’il joue actuellement au théâtre du Gymnase à Paris et où il raconte les affres d’un trentenaire célibataire gay.
 

 
Il a également acquis un public grâce à son premier roman Chercher le Garçon paru en mars 2015 aux éditions du Cherche Midi, qui a été un joli succès en librairie et qui sera adapté prochainement au cinéma.
 
Depuis la rentrée 2016, il fait partie des chroniqueurs de l’émission « Ca pique mais c’est bon » présentée par Anne Roumanoff sur Europe 1.
 
Jeremy Lorca est parrain du Salon LGBTI+ de Lille 2017 : rendez-vous les 28 et 29 janvier prochains pour l’y retrouver !
L’événement Facebook est ici.
 

OLYMPE au Salon LGBTI+ 2017 de Lille

olympe salon lgbti+ lille 2017
 
L’ancien finaliste de The Voice, saison 2 a grandi depuis l’émission de télévision qui l’a révélé.
Après le tourbillon médiatique et des débuts discographiques prometteurs, OLYMPE a choisi une nouvelle voie ou plutôt la voie qu’il a toujours voulu prendre, afin de donner à son public ce qu’il lui a offert ces dernières années : une relation à cœur ouvert.
Cet EP sonne donc comme un premier épisode, car désormais OLYMPE se raconte, sans détour :« J’ai des angoisses dans les départs, depuis l’enfance c’est mon histoire.. » -Vivre malgré Tout-, « Pourquoi la vie s’en va, sans faire d’extra.. » -Roses-.
 
Marqué par un parcours émotionnel chaotique, OLYMPE a choisi de livrer derrière son sourire et sa nature enjouée, ses fêlures et ses tourments, comme pour tenter de faire disparaître certaines cicatrices qui restent sensibles… Chanter, pour tourner une page. Avancer pour passer à autre chose.
 
C’est assis à son piano qu’il a composé les mélodies qui traduisent qui il est réellement. C’est avec Julien Maillet, désormais son auteur, qu’il a choisi les thèmes, lui laissant le choix des mots le plus souvent, précisant parfois de sa plume certaines situations…
Il a invité Yseult sur le titre « Je Cours » comme on partage une quête, retrouvé le pianiste Vincent Lanty (Florent Pagny, Garou, Chef D’Orchestre du spectacle musical « Résiste ») qui l’avait déjà accompagné sur scène, et rencontré une violoncelliste de rêve, Christelle Heinen (William Sheller). Ensemble, ils ont cherché comment traduire cette sensibilité qui l’habite, souhaité s’inscrire dans le sillon d’une variété élégante, qui va chercher dans le chant et les instruments l’essence même de la sincérité.
 
Et puis une chanson est arrivée in extremis, après le massacre qui a touché la population homosexuelle d’Orlando. Alors, OLYMPE s’est installé face à un clavier et la livre aujourd’hui dans une première version, à fleur de peau. « J’ai été très touché par cette tragédie, je ne pouvais pas faire l’impasse sur le sujet. J’ai décidé de chanter pour tous ceux qui ne peuvent pas s’exprimer, et d’affirmer haut et fort qu’Aimer n’est pas un crime. »
 
OLYMPE a présenté pour la première fois ses titres en solo le samedi 8 octobre aux Trois Baudets à Paris. Le choix d’un écrin, symbole de la chanson, afin d’être seul au piano face à celles et ceux qui le suivent depuis le début, les yeux dans les yeux.
La salle était pleine, il ne reste plus qu’à écrire la suite, dès demain !

 

 
Retrouvez OLYMPE en concert au Salon LGBTI+ de Lille 2017 les 28 et 29 janvier !
L’événement Facebook est ici.

David Courtin au Salon LGBTI+ de Lille 2017

Visuels-artistes-david-courtin
 
David Courtin est un chanteur lillois qui voit sa carrière prendre doucement mais sûrement son envol. Son univers est électro-pop, ses textes sont tout à la fois militants, touchants mais aussi parfois drôles. Il y parle de discriminations, d’amours, de rencontres, d’envies via son parcours de vie personnel.
 

 
Retrouvez David Courtin en concert au Salon LGBTI+ de Lille 2017 les 28 et 29 janvier !
L’événement Facebook est ici.
 

Aube L au Salon LGBTI+ de Lille 2017

15259452_1294373497274382_8401680325224875317_o

 

Lorsqu’on rencontre Aube, on est marqué par son sourire. Lorsqu’on écoute sa musique, on découvre une histoire faite de violence et d’amour malade.

 

De la boue aux étoiles, tantôt en français, tantôt en anglais, Aube L nous fait partager son chemin avec une force vitale et une lumière puissante. Plus qu’un style, cette multi-instrumentriste et créatrice obsessionnelle nous offre un fond d’électro-rock poétique, une rencontre avec nous même.

Sortir d’un de ses concerts, c’est avoir en soi, profondément ancré, le sentiment que nous ne serons plus jamais seuls.

 

 
Retrouvez Aube L en concert au Salon LGBTI+ de Lille 2017 les 28 et 29 janvier ! Retrouvez l’événement Facebook ici.
 

Louiz’ au Salon LGBTI+ 2017 de Lille

louiz salon lgbti lille 2017
 
Louiz’, c’est un duo de folk poétique engagée. Avec leur nouvel album « Apoptose » sorti le 1er octobre 2016 à Amiens, ces deux électrons libres partagent leur complicité, leurs tracas, leurs rêves à travers des textes en français et en espagnol.
 
Engagée, affirmée, leur musique vient effleurer tous nos petits secrets et frapper à grands coups de mots les idées reçues.
 

 
Retrouvez Louiz’ en concert au Salon LGBTI+ de Lille 2017 les 28 et 29 janvier ! Retrouvez l’événement Facebook ici.
 

le projet A_Part_Of au salon LGBTI+ 2017 !

La photographe Suzanne rassemble des portraits de couples homosexuels.
Femmes en couple, hommes en couple… au lit, photographiés par un appareil en surplomb.
« A_Part_Of » est un projet documentaire.

« A_Part_Of », « une partie de » en français, pour dire que ces couples existent,
ici comme ailleurs. Une partie de la société, une partie de l’humanité.

Ce projet commencé au Liban, continué en France, au Mali et aux États-Unis, se poursuit.

Affiche Suzanne Salon 2017

Enregistrer

Enregistrer